L'épicure de Mystique

L'épicure de Mystique

Anticyclone versus dépression

1648 appréciations
Hors-ligne
Nous assistons depuis deux décennies à une épidémie de dépressions. La nouvelle maladie du siècle qui fait le beurre des psychologues, psychothérapeutes et des psychanalystes et autres farfouineurs du mental. Depuis ont fleuri une multitude de techniques psy-ci, psy-là et tralala, à la vas-y-que-je-te-pousse un peu plus dans le gouffre et creusant le sillon émotionnel nous nous ruinons en kleenex dans les cabinets des thérapeutes du mental.

Les Anglos-saxons ont un terme très parlant au sujet des psy. Ils les appellent les head-shrinkers !
Et comme la vache donne du lait, l'on nous abreuve de savants cocktails d'antidépresseurs et d'anxiolytiques. La conscience camisolée et les sensations anesthésiée, nous voilà aussi expressifs qu'un camembert.

L'on nous fait tourné autour de l'ego, le renforçant sans commune mesure, comme si nous n'étions que psychologie et blessures.
Le crâne ouvert aux forceps vas-y qu'on y fourre des "c'est la faute de vos parents, c'est du à votre enfance, c'est parce que vous n'avez pas fait ceci, c'est parce que vous n'avez pas intégré cela". une fois passée la culpabilité l'on apprend bon an mal an à vivre avec.

C'est la blague au sujet des psy. c'est l'histoire de l'ampoule qui est grillée. Ils vont tout vous expliquer le pourquoi du comment de l'aspect défectueux de l'ampoule mais ne la changeront sous aucun prétexte. Non, ils vont nous apprendre à vivre avec une ampoule grillée et ils sont très convaincants et convaincus. Ca c'est pour ceux qui parlent car d'autres ont développé une grande éloquence du "hmmhmm, oui, hmmhmm, oui, mais encore, hmmhmm".
Appelons-les les hmouimoui !

Le coup de gueule étant, maintenant portons un autre regard sur cette dépression si mystérieuse.
Et si cet état d'âme en était un justement. Une puissante poussée évolutive relevant d'un immense courage à faire table rase en soi. IL ne s'agirait donc pas de petits aménagements de bonne conscience mais d'une authentique transformation totale et sans possibilité de retour.

Il faut donc une sacrée dose de courage. ce n'est pas pour les cœurs pusillanimes !
Le grand saut, l'ultime retournement du dedans, la jachère intérieure avant le grand labour et les nouvelles semailles.

La poussée de l'être essentiel, de la nature profonde et intime nous libérant de nos entraves et de nos chaînes. le plus beau et le plus noble chantier de nos âmes. Nous y sommes !

Ayant vécu un burnout, ayant traversé la vallée de l'ombre, ayant vécu une nuit noire de l'âme, cette petite mort chère aux mystiques et autres disciples d'eux même, je pense que ces états de décompensation, de dépression sont l'étape nécessaire pour enfin commencer à se développer intérieurement, à Etre Soi.

Nos sociétés dite civilisées ont tout construit sur le développement extérieur faisant de nous des hyper compétiteurs, des super personnalités aux mental d'acier, jouant des coudes pour réussir socialement et briller de mille feux de nos apparats et autre signes extérieurs de richesse.

Seulement la Vie a décidé de tout faire fondre avant la grande refonte.
Nous voilà donc face à nos athanors découvrant une alchimie intime dont c'est à chacun d'en prendre la juste mesure et d'en découvrir tous les secrets et les mystères. A chacun sa recette et les vaches seront mieux gardées.

Il y a du grand, du beau, du magnifique dans nos alambics. Les êtres sur Terre se libèrent de toutes ces influences extérieures qui ne font plus sens, dans tous les sens du terme. CE n'est pas rien tout de même !
Nos moteurs intimes changent de carburant. nous voilà mus par une nouvelle soif de vivre, d'apprendre, de grandir en joie et en amour. Et je me demande bien comment des psyolitiques vont continuer à nous faire avaler leur couleuvres thérapeutisantes.

Cela suffit !

L' humanité se révèle, se réveille, s'éveille à elle même. Rien ne peut arrêter un tel mouvement d'évolution, c'est une loi universelle dans le grand jeu divin. Alors jouons et détendons-nous. j'oserai même dire réjouissons nous de nos états déprimés, dépressifs car ils sont l'expression d'un réel courage (étymologiquement qui vient du cœur), de la magnificence de nos êtres sublimes qui sont en train de naître, d'advenir et de se manifester ici-bas.

L'Esprit se matérialise et la Matière se spiritualise. Ce n'est pas rien !
Une nouvelle humanité apparait et chacun de nous en est le créateur.

Réjouissons-nous !

Mysticien

169 appréciations
Hors-ligne
dépression météorologique, dépression sous-marine, la courbure terrestre est aussi appellé dépression, tout êtres vivant est relié à l'air, à l'eau, à la terre c'est pas chacun dans son coin fait sa petite soupe.
Dame Lune en sait quelque chose !
Ma mamy Liliane était toujours malade les soirs de nuits sans lune.
Elle était d'ailleurs devenu dépressive lors de l'accident de voiture qui à coûté la vie à son fils, mais c'est durant cette dépression qu'elle a développé ses dons mediumniques et magnétiques.

Ce qui m'agace dans le mot dépression c' est un mot fourre-tout en partant du principe qu'il y a des petites, moyennes et grande dépression...

Peut être que pour dédramatiser Le grand mal occidental du XXI e siècle au grand maux les grands remèdes l'on devrait organiser des dîners de dépressifs ( sans moqueries on sait se tenir ), à l'instar du film Le dîner de con, je pense qu'à la fin du dîner beaucoup vont relativiser.

Qui n'a pas dans ses connaissances, son entourage ou même ses proches ce que j'appelle " un boulet " ?
Moi oui j'en ai une c'est l'hypocondriaco-dépressive par excellence, un vrai caliméro !
Elle passe son temps à se plaindre sur tout et n'importe quoi, comme je n'ai pas ma langue dans ma poche je lui ai déjà dit qu'elle se rendait malade toute seule sans l'aide de personne.
Par dessus sa traînée de casseroles le problème c'est qu'elle à tout vu, tout fait, et qu'elle veut toujours avoir raison même si elle à tort, et cette demoiselle est dépressive, autant vous dire que j'ai jeté l'éponge depuis longtemps... Moi aussi tant qu'a en parler je suis dépressive depuis des années, et j'embête personne avec ça, je le gère au quotidien sans me victimiser, sans me bourrer d'anxiolitiques et autres poisons.
Et sans vouloir me jeter des fleurs, je remarque que j'ai un mental d'acier par rapport à ce que je vis et les nombreuses séances de thérapies que mes proches ou connaissances m'imposent quand à leurs petits bobos normal d'une vie avec des hauts et des bas.
J'ai en horreur de sortir les violons...
Autour de moi je m'aperçois que beaucoups ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont, et ce sont les même qui passent leur temps à se plaindre, alors je vais peut être paraître méchante mais ceux là si ils tombent en dépression que grand bien leurs fassent; si ça peut leurs permettre de s'apercevoir que le monde ne tourne pas autour de leur petit nombril et que tout ne s'achète pas, alors leur meilleur ennemie dépression sera une bénédiction pour eux.
Le juste retour de bâton des bobos des bourgeois-bohème.



88 appréciations
Hors-ligne
Hi hi hi j ' adore le terme les mouimoui !
Je confirme que ces états intérieurs sont difficiles à vivre mais bel et bien là pour nous faire avancer .
Que ces psypsychotiques devraient peut - être vivre une nuit noire de l ' âme et voir de quoi il retourne et je serais bien curieuse de ce qu ' ils en diraient ! Car effectivement faire face à ces états d ' âme requiert
du courage et une grande force . Oui l ' humanité change et c' est tant mieux car plus il y a d ' éveillés et plus
difficile la manipulation sera ! ! ! Les mensonges éhontés de tous bords n ' auront plus de place . . .
Vive la joie , vive l ' humanité se spiritualisant et comprenant que nous sommes bien plus que ce qu ' on
cherche a nous faire avaler à tout prix ! ! !
Pierre-Henri

Salut à tous et toutes,
Chaque expérience est différente.
Certains de ces hmoui-hmoui ont les mots justes et permettent au quidam qui sait écouter de poursuivre sa vie "terrestre" avec une autre vision des choses.
Il y a certainement des charlatans, trop convaincus par leurs lectures ou incapables de transposer leurs connaissances aux cas qui se présentent à eux.
Il y a certainement aussi des patients qui n'écoutent pas ou qui écoutent seulement ce qu'ils veulent entendre... (de la famille des oulalaladocteur et des moipluskelesotre )
Mes dix centimes!
Biz
piOtr

169 appréciations
Hors-ligne
Il y a une expression courante qui dit: " l'exception qui confirme la règle "


1648 appréciations
Hors-ligne
@ pierre-henri : en effet, même si je suis un peu franc tireur sur les psy, je reconnais volontiers que l'on ne peut faire de généralité à leur sujet.
ce n'est pas l'instrument qui fait le musicien.
il y a comme de partout d'excellents psy et d'autres qui le sont moins. certains sont naturellement doués et d'autres peu ou pas. question de technicité ou de virtuosité ? question de psyché ou de psychologie ?

Continuons ce débat savoureux...
Je pense qu'une psychothérapie de qualité doit prendre en considération l'aspect spirituel de l'être sans quoi c'est uniquement l'ego/personnalité qui est considérée. comme nous sommes âme et esprit avant toute chose, s'occuper uniquement de la psychologie de l'être reste à mon sens superficiel et incomplet.
Prendre en compte l'âme de l'autre requiert un lien avec sa propre âme. combien de psy sont au fait de ceci ?

Par ailleurs je constate une confusion sur les notions de psyché, psychique, psychologie.

Dans mon domaine je prends soin de l'âme et de son aspect incarné (le corps) et je laisse volontiers aux psy leur part du travail à savoir la psychologie.
Je ne suis pas dans le déni de cette aspect de soi mais cela ne me concerne pas dans la mesure où c'est mon âme qui est à l'œuvre lors des séances en tant qu'intercesseur
Je pense qu'une démarche de soin en psychothérapie a sa part d'utilité afin de mieux comprendre certains fonctionnements inconscientisés, de repérer certains blessures psychiques ainsi que toutes les projections psychologiques que nous faisons sur les uns et les autres.
Je pense que cela peut amener une meilleur compréhension et connaissance de soi, mais delà à guérir l'être je demeure quelque peu sceptique, dans la mesure où chacun est son propre guérisseur. c'est à chacun de défaire ce qu'il a créé dans cette vie ou dans une autre.
c'est une affaire de responsabilité spirituelle.

Ensuite les antidépresseurs ont tendance à chroniciser le problème, c'est à dire à le reporter dans le temps et ainsi ralentir voire bloquer le processus d'auto-guérison. je pense qu'un usage ponctuel et limité dans le temps serait plus adapté. Il y a une dépendance ainsi qu'un effet d'accoutumance qui tôt ou tard conduit à une augmentation de la dose. Le sevrage est difficile.

Pour les anxiolytiques c'est pareil. En prendre lors d'une crise ou en urgence peut s'avérer pertinent et très efficace mais s'astreindre à une consommation journalière juste par peur ou par confort ne me semble pas judicieux. Prendrait-on des antibiotiques tous les jours par peur des infections ? non et nous savons très bien que cela fragilise l'individu et son système immunitaire et renforce les bactéries. cela produit l'effet inverse, c'est le comble.
Alors je me demande dans quelle mesure ça ne serait pas un peu pareil avec les antidépresseurs. Ils cachent des symptômes, des cris de l'âme qui finira par trouver une autre voix d'expression, une autre voie salutaire.

A suivre...au plaisir de vous lire...
Mysticien
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Dans la gueule du Loup.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 245 autres membres